Изображения страниц
PDF
EPUB

CHAPITRE XII.

L'Atelier d'un Peintre.

[ocr errors]

Le lecteur se rappelle peut-être dans quel état d'incertitude une certaine lettre de madame le Sueur avoit jeté mon esprit. Je me suis avisé d'avouer au major l'embarras où je me trouvois. A peine avois-je achevé cette confidence, qu'il s'est mis à rire, et m'a dit: « Je sais que vous êtes timide en présence du beau sexe. Nous irons ensemble, je vous servirai d'introducteur, et tout se passera le mieux du monde. » Alors, nous nous sommes fait conduire rue de Tournon, no. 5. Madame le Sueur est venue elle, même nous recevoir. Le cour me battoit un peu en voyant cette femme qui seroit distinguée entre les plus belles. Floranville lui a fait nos complimens en homme consommé dans l'usage du monde. Elle nous a proposé elle-même de visiter son atelier, et j'ai remarqué avec une satisfaction intérieure qu'elle m'adressoit plus souvent la parole qu'à mon compagnon de visite, Je ne sais comment cela s'est fait; mais au moe

[ocr errors]

ment où le major s'avançoit pour lui donner la main, elle m'a présenté la sienne, et j'ai senti au fond du cœur une douce émotion. Je crois qu'elle s'en est aperçue, car elle a souri avec. beaucoup de grace et de dignité.

Nous avons admiré dans son atelier des tableaux qui prouvent un vrai talent. L'un d'eux, surtout, m'a donné une idée favorable du génie. de l'artiste. Ce tableau représente M. Jefferson à l'instant où il communique aux Sauvages le bienfait de la vaccine (1), Un chef indien, d'une taille élevée et d'une noble figure, confie son bras musculeux à un ministre protestant qui fait l'insertion salutaire sous les auspices du premier magistrat des Etats-Unis. Quelques sénateurs, et plusieurs chefs sauvages dont les traits, expriment la surprise et la reconnoissance, assistent à cette touchante cérémonie. La scène, se passe devant le Capitole; le Potowmack étend au loin ses vastes eaux, et une chaîne des Apa-. laches s'élève en amphithéâtre aux extrémités de l'horizon. La pose du ministre rappelle celle. de Jésus guérissant l'aveugle, dans le sublime,

[ocr errors]

(1) Ceci n'est point une fiction. Ce trait d'une politique généreuse n'a pas eu, ce me semble, toute la célébrité qu'il méritoit. Une chose digne de remarque, c'est que la philosophie et la religion ont également concouru à cet acte d'huroanité. (Note de l'Editeur.)

tableau du Poussin. La sérénité de sa figure annonce l'habitude de la vertu : on reconnoît aisément dans M. Jefferson le philosophe ami de l'humanité. Le costume des Indiens est très pittoresque, et je ne doute point que ce tableau n'attire l'attention, même à côté des grandes machines de nos peintres modernes, et des batailles les mieux exécutées.

Après avoir payé au mérite de ce tableau un juste tribut d'éloges, le major pria Madame le Sueur de nous montrer cette Adoration des Pois qui faisoit tant de bruit dans Paris. « Il me tarde, dit-il, de voir la figure d'Arabe dont un de mes amis m'a vanté le grandiose et l'expression. » Pendant ce temps-là, j'étois sur les épines. Je craignois que Floranville, à qui j'avois confié l'aventure du Luxembourg, ne me reconnût; et alors, Dieu sait de quelles plaisanteries il m'eût assailli, et quelles gorges chaudes m'attendoient dans nos futures réunions. Un regard de madame le Sueur me rassura. Le tableau étoit placé très-avantageusement. Elle ordonna à une de ses élèves d'ôter le voile dont il étoit couvert, et le major avoua que la beauté de cette composition surpassoit encore son attente. Quant à moi, tout m'en parut admirable, la disposition des groupes, l'expression des têtes, la fermeté du dessin, l'éclat et l'harmonie des couleurs. Le

7

[ocr errors]

major fut, surtout, charmé du mage d'Arabie, Il prit sa lorgnette ; et après l'avoir considéré attentivement : « Sur mon honneur, dit-il, cette figure là ne m'est pas inconnue. Eh! vive Dieu, si ce n'étoit de cette barbe respectable et de ce turban majestueux, je croirois voir notre ami Freeman. Non, je me trompe, ajouta-t-il en se tournant vers moi ; la noblesse de ces traits ne se retrouve point sur votre visage ; et cependant, par un effet singulier du hasard, il existe entre vous et l'Arabe un certain air de famille dont vous devez être flatté. » Heureusement pour moi, son attention fut attirée par la tête de la Vierge, qui étoit d'une beauté rare. « On ne peut rien voir de plus gracieux, s'écria-t-il; Raphael et le Corrège avoueroient cette tête : elle ne tient point à la terre; elle est dans le ciel ! »

Madame le Sueur parut flattée des éloges de Floranville, qui, dans sa jeunesse, a fait une étude particulière de ce qui constitue le beau en peinture. Je l'ai vu souvent apprécier un tableau mieux

que
n'auroit

pu

faire la plupart de nos prétendus connoisseurs. Je ne lui reprocherois que le défaut de se servir trop fréquemment des termes de l'art, ce qui annonce toujours de la prétention.

Pendant que le major étoit occupé à considérer une belle copie d’Annibal Carrache, ma

[ocr errors]

dame le Sueur me dit à demi-voix : « Il me semble, Monsieur, que vous aviez beaucoup de choses à me dire; et cependant, jusqu'ici, vous avez gardé le silence. » « Cela est vrai, lui répondis-je, un peu déconcerté; mais c'est qu'auprès de vous on perd la mémoire. » « Bravo, s'écria Floranville qui, malheureusement pour moi, entendit ces derniers mots. Bravo, Freeman, mon ami! votre réponse est tout-à-fait galante, et je ne manquerai pas d'en donner le régal à Duhamel et à Kerkabon. » A ces mols, ma- . dame le Sueur fit un léger mouvement de surprise. « Je ne vous ai pas montré, dit-elle, celui

de mes ouvrages que j'estime le plus, et auquel j'ai travaillé avec le plus de plaisir. » Elle nous conduisit alors dans un très joli boudoir, décoré avec un goût exquis, et nous y aperçûmes, en entrant, le portrait en pied du philosophe. A cette vue, le major et moi, nous ouvrîmes de grands yeux et nons demeurâmes muets d'étonnement. On ne peut voir une ressemblance plus parfaite. L'artiste avoit bien saisi l'air de bonté qui domine dans la physionomie de Kerkabon, et qui est l'empreinte de son ame. Nous allions faire beaucoup de questions à madame le Sueur, lorsqu'un domestique vint lui parler à l'oreille. « Faites entrer , » dit-elle; et bientôt nous vimes arriver le philosophe lui-même en personne.

[ocr errors]
[ocr errors]
« ПредыдущаяПродолжить »