Изображения страниц
PDF
EPUB

of six, and the third and the fourth of five feet and a ce

sura.

But if close reasoning be not the most shining side of M. Sismondi, he certainly excels in declamation. We have already given a specimen of this sort of style at the close of the literature of the Arabians, and the following on the Troubadours, is no less striking and pleasing.

"En prenant congé de la langue et de la littérature des troubadours, abstenons-nous de les juger trop sévèrement, d'après le peu d'impression, le peu de traces brillantes qu'ils ont laissée dans notre mémoire; n'oublions point que le siècle dans lequel ils ont vécu était celui d'une ignorance et d'une barbarie universelles. Nous n'avons pu, en les analysant, nous abstenir de les comparer sans cesse aux Français de Louis XIV, aux Italiens de Léon x, aux Anglais de la reine Anne, aux Allemands de nos jours; mais cette comparison était toujours injuste. Autant les troubadours sont inférieurs aux rois de nos littératures modernes, autant ils sont supérieurs à tous ceux qui, de leur temps, chantaient des vers en France, en Italie, en Angleterre et en Allemagne. Une fatalité cruelle semble avoir poursuivi leur langue; elle a détruit les maisons souveraines qui la parlaient; elle a dispersé la noblesse qui devait s'en faire gloire; elle a ruiné le peuple, et l'a livré à des haines et des persécutions féroces. Le provençal, abandonné dans son pays natal par les hommes les plus capables de le cultiver, justement à l'époque où il commençait d'acquérir à côté de ses poètes, des historiens, des critiques, des prosateurs distingués; repoussé dans un pays nouvellement conquis sur les Arabes, pressé entre l'orgueilleux Castillan et la mer, vint périr dans le royaume de Valence, à l'époque où les habitans de ces provinces, autrefois si libres et si fiers, perdirent leur liberté. La poésie qui brilla seule jadis dans la barbarie universelle, qui, réunissant toutes les ames honnêtes par le culte des sentimens élevés, fut pendant longtemps le lien commun de tous ces peuples divers, a perdu à nos yeux ce qui faisait autrefois son charme et sa puissance, depuis que nous sommes détrompés des espérances qu'elle avait fait naître. Ces chants variés, qui semblaient contenir le germe de tant de nobles ouvrages, et que cette attente faisait accueillir avec tant d'avidité, paraissent plus froids et plus tristes depuis qu'on sait qu'ils n'ont rien produit. Ainsi, l'aurore boréale brille sans résultat dans les longues nuits du Nord; au milieu des ténèbres les plus épaisses, le ciel paraît tout à coup enflammé; des rayons ardens, des gerbes de mille couleurs, s'étendent du pôle presque jusqu'au milieu du ciel; la nature sourit à cette magnificence inattendue; mais la lumière boréale, comme la poésie des troubadours, n'a point de chaleur, et ne répand point de vie."

Tom. I. P. 250.

In talking of the literature of Provence, our author, we fear, has not been very happy in accounting for the origin of Chivalry,

Ꭰ .

ånd

VOL. V. JAN. 1816.

and we fear M. Sismondi will find very with him.

few men who will agree

"The institution of chivalry," says Dr. Robertson, "naturally arose from the state of society at that period. The feudal state was a state of perpetual war, rapine, and anarchy; during which, the weak and unarmed were exposed to perpetual insults or injuries. The power of the Sovereign was too limited to prevent these wrongs; and the administration of justice too feeble to redress them. Against violence and oppression there was scarcely any protection, besides that which the valour and generosity of private persons afforded. The same spirit of enterprise which had prompted so many gentlemen to take arms in defence of the oppressed pilgrims in Palestine, incited others to declare themselves the patrons and avengers of injured innocence at home. When the final reduction of the holy land under the dominion of infidels put an end to these foreign expeditions, the latter was the only employment left for the activity and courage of adventurers. The objects of this institution were to check the insolence of overgrown oppressors, to succour the distressed, to rescue the helpless from captivity, to protect or to avenge women, orphans, and eccle siastics, who could not bear arms in their own defence. All these were considered as acts of the highest prowess and merit. Valour, gallantry, and religion, were blended together in this institution; humanity, courtesy, justice, and honour, were its characteristic qualities; the enthusiastic zeal produced by religion served to give it singular energy, and to carry it even to a romantic excess. Men were trained to knighthood by long previous discipline. They were admitted into the order by solemnities no less devout than pompous. It was a distinction superior to Royalty, and monarchs themselves were fond to receive it from the hands of private gentlemen. In the mean time, the courts of the feudal Sovereigns became magnificent and polite; and as the military in stitution still subsisted, it naturally softened into fictitious images and courtly exercises of war in justs and tournaments, where the honour of the ladies supplied the place of zeal for the holy sepulchre; and thus a wild and fantastic species of love, engrafted on spiritual enthusiasm, mixed itself with the other characters of the knights' errant,

"However, many effects were produced by this institution. War was carried on with less ferocity, when humanity, not less than courage, came to be deemed the ornament of knighthood. More gentle and polished manners were introduced; violence and oppression decreased, when it was reckoned meritorious to check or punish them; a scrupulous adherence to truth, and a religious attention to fulfil every engagement, became the distinguishing characteristic of a gentleman."

[ocr errors]

M. Sismondi, however, does not allow chivalry to have actually existed. He considers this institution as an invention

perfectly

perfectly poetical; he pretends that it has existed no where; and asserts, that the period of its existence has not and cannot be determined. In short, he looks upon chivalry in the same way as Metastasio did on the Arabian phoenix:

"Che vi sia ciascun lo dice,
Dove sia nessun lo sà."

"Plus on étudie l'histoire, et plus on voit que la chevalerie est une invention presque absolument poétique: on n'arrive jamais par des documens authentiques au pays où elle régnait; toujours elle est représentée à distance et pour les lieux et pour le temps; et tandis que les historiens contemporains nous donnent une idée nette, détaillée, complète des vices des cours et des grands, de la férocité ou de la corruption de la noblesse, et de l'asservissement du peuple, on est tout étonné de voir, après un laps de temps, des poètes animer ces mêmes siècles par des fictions toutes resplendissantes de vertus, de grâces et de loyauté. Les romanciers du douzième siècle plaçaient la chevalerie du temps de Charlemagne ; François 1er la plaçait de leur temps; nous croyons encore la voir fleurir dans Du Guesclin et dans Bayard, auprès du roi Charles v et de François 1er. Mais quand nous étudions l'une ou l'autre époque, encore que nous trouvions dans toutes quelques héros, nous sommes bientôt forcés de convenir qu'il faut renvoyer la chevalerie à trois ou quatre siècles avant toute espèce de réalité.” Tom. I. p. 90.

This is surely to carry the love of system to its highest pitch. Indeed, we have often observed, that M. Sismondi is very fond of dealing in paradox; and what he says on chivalry is but a new instance of the power of his imagination. We are sorry that we have not room to enter into the real merit of the case; and our narrow limits oblige us simply to give the result of our observation.

The institution of chivalry is by no means a poetical invention, nor is it difficult to ascertain the period of its existence. Having risen amongst the Arabians, chivalry from Spain was imported into Provence by the Troubadours; it acquired new strength by the crusades, and reached its highest pitch after the total submission of the holy land to the power of the infidels. The establishment of the tribunal of love, the chronicle of the Archbishop of Tyre, many historical episodes preserved by Tasso, and indeed the whole history of the crusades, too much prove the reality and the origin of such an institution. From this last, Madame Cottin has taken the beautiful subject of her best novel, and the character of Maleck Adel, the brother of Saladin, is but the copy and the original of the characters of many Christian knights, who long before and long after this Saracen hero, have existed in Europe.

M. Sismondi, however, has been driven into the necessity of denying the existence of chivalry by the totality of the system, he has adopted. Wishing to establish his favourite opinion that romantic epic was invented by the Normans, he has made an imaginary distinction between the Troubadours, and the Trouveres; and though he may coquette with the writers of all nations, it is on the latter he looks as the idols of his soul. For this reason he has heaped paralogisms upon paralogisms, paradoxes upon paradoxes; for this reason he has denied the existence of every thing that could weaken his position; for this reason he has considered a political division of France to have, produced a distinction in its language. He is on the old plan of the northern and southern French, to which he gives the appellation of langue Provençale and Roman Wallon; the former he gives to the Troubadours, the second to the Trouveres; and in so doing, without being aware of it, he destroys his own po sition and confirms quite the opposite theory, which is, in reality, the only true one*, notwithstanding all his efforts to the contrary.

"Lorsque les Francs firent la conquête de la Gaule, il est pro bable que la langue celtique n'était plus en usage que dans quel ques cantons de la Bretagne, où elle s'est conservée jusqu'à nos jours. Cette langue-mère, qui paraît avoir été commune à la France, à l'Espagne et aux îles Britanniques, a tellement disparu, qu'on ne peut aujourd'hui connaître son caractère propre, et que, quoiqu'on la regarde comme la mère commune du bas breton, du gaëlique des Écossais, du basque, et des dialectes des pays de Galles et de Cornouailles, on ne peut point saisir l'analogie qui doit exister entre ces langues, ni faire voir leur dérivation, Dans toutes les provinces des Gaules, le latin avait pris la place du celtique, et il était devenu pour la masse du peuple une langue complètement maternelle. Les massacres qui avaient accompagné les guerres de Jules-César, l'esclavage des vaincus, et l'ambition de ceux des Gaulois qu'on avait admis au rang de citoyens romains, concoururent à changer les mœurs, l'esprit et le langage de toutes les provinces situées entre les Alpes, les Pyrénées et le Rhin; on en vit sortir de bons écrivains latins, des maîtres distingués de

*As in our number of September last, in analyzing the merits of the Literary History of the middle Ages, by the Rev. S. Berington, we entered into some long details concerning the origin of the French language, we take for granted, that our readers will take the trouble to consult the article. For this reason, without now laying down any theory, we shall confine ourselves to the mere analyzing of M. Sismondi's opinion, who has carried his system to a greater extent.

rhétorique

rhétorique et de grammaire; le peuple y prit goût aux spectacles latins, et de magnifiques théâtres ornèrent toutes les grandes villes ; quatre cont cinquante ans de soumission aux Romains, unirent enfin intimement les Gaulois aux habitans de l'Italie.

"Les Francs, qui parlaient la langue théotisque ou allemande, apportèrent un nouvel idiôme dans les Gaules, Leur mélange parmi le peuple corrompit bientôt le latin; l'ignorance et la barbarie le corrompirent davantage encore, et les Gaulois, qui se disaient toujours Romains, en croyant parler la langue romaine, abandonnaient toutes les finesses de la syntaxe, pour se rapprocher de la simplicité et de la rudesse des Barbara Ceux qui écrivaient s'ef forçaient encore de reproduire l'ancién langage latin, mais en parlant, tout le monde cédait à l'usage, et retranchait successivement des mots les lettres et les terminaisons qu'on regardait comme oiseuses. De même aujourd'hui, nous avons exclu de la prononciation française un quart des lettres qui figurent encore dans la langue écrite. Au bout de quelque temps, on en vint à distinguer par des noms le langage des sujets romains d'avec celui des écrivains latins, et on reconnut une langue romane et une langue latine; mais la première, qui mit plusieurs siècles à se former, n'eut point de nom tant les que conquérans conservèrent entre eux l'usage de la langue théotisque. Au commencement de la seconde race, l'allemand était encore la langue de Charlemagne et de sa cour; ce héros parlait, disent les historiens du temps, le langage de ses pères, patrium sermonem, et c'est une erreur étrange que celle de plusieurs écrivains français, qui prennent la langue francisque pour du vieux français. Mais tandis qu'on parlait le tudesque, qu'on l'employait pour les chants guerriers et historiques, on écrivait en latin, et le roman, encore tout-à-fait barbare, était le patois du peuple.

"C'est cependant sous le règne de Charlemagne que la distance entre ces patois et le latin, contraignit l'Église à faire prêcher dans la langue populaire. Un concile tenu à Tours en 813, ordonna aux évêques de traduire leurs homélies dans les deux langues du peuple, le roman rustique et le théotisque. Ce décret fut renouvelé par le concile d'Arles en 851. Les sujets de Charlemagne étaient alors de deux races très-différentes, les Germains, qui habitaient le long et audelà du Rhin, et les Waelchs, qui se nommaient romains, et qui, dans tout le Midi, étaient sous la domination des Francs. Le nom de Waelchs, ou Wallons, qui leur était donné par les Allemands, était le même que celui de Galli et Galatai, qui leur était donné par les Latins et les Grecs, et celui de Keltai, Celtes, qu'au dire de César ils se donnaient eux-mêmes *. Lå langue qu'ils parlaient fut appelée d'après eux, roman wallon, ou

pro

**Tous ces noms ne diffèrent en quelque sorte que par la nonciation; mais les Bas-Bretons, restes des Celtes, conservent dans leur langue un nom bien célèbre, d'autre origine, qui peutêtre était pour eux un titre d'honneur: ils se nomment Cimbri.”

roman

« ПредыдущаяПродолжить »